Facebook Twitter Flickr RSS

Sécurité routière aux abords des établissements scolaires : les parents peuvent être force de proposition

GIMP Tram

 

Vitesse de circulation excessive, stationnement sur les trottoirs, dépose-minute « sauvage » des enfants... La circulation aux abords des écoles est souvent problématique aux heures d’entrée et de sortie des classes, et la sécurité des élèves piétons ou cyclistes loin d’être assurée.

Sans forcément régler tous les problèmes, certains aménagements simples peuvent pourtant améliorer nettement la situation. Les parents d’élèves ne doivent pas hésiter à les demander à leur municipalité. Voici l’exemple de deux conseils locaux FCPE qui se sont lancés dans la démarche à Caen.

Lire la suite

flchesBas

 

Au lycée Jean Rostand, alertés par un accident heureusement sans trop de gravité survenu sur l’avenue devant le lycée (une lycéenne renversée par une voiture alors qu’elle quittait l’arrêt de tram pour rejoindre le lycée), les parents élus FCPE ont écrit à la mairie pour demander des aménagements.

Il faut dire que les lieux étaient particulièrement dangereux : une grande avenue en ligne droite, avec un arrêt de tram au milieu, des arrêts de bus de chaque côté et une piste cyclable passant du trottoir à la route en coupant les cheminements piétons. Tout cela alors que la zone dessert deux gros lycées (Rostand et Fresnel), soit près de 3 000 élèves.

À la suite de ce courrier, une rencontre a eu lieu sur place entre les parents, le proviseur et des représentants de la mairie (un élu, un technicien voirie et un représentant de la police municipale).

Plusieurs aménagements ont été convenus lors de ce rendez-vous : instauration d’une zone 30, pose de ralentisseurs et rationalisation de la piste cyclable pour éviter qu’elle coupe les cheminements piétons. Ces aménagements ont été réalisés quelques mois plus tard et ont permis une circulation plus apaisée.

À l’école élémentaire Victor Lesage, la configuration était différente : une rue étroite, un contre-sens cyclable, des entrées et sorties de parkings obligeant les véhicules à couper le trottoir, et beaucoup d’incivilités de parents stationnant sur le trottoir ou la piste cyclable. Là encore, après avoir abordé la question lors de plusieurs conseils d’école, les parents élus ont rencontré des représentants de la mairie sur les lieux, et des aménagements ont été réalisés.

Grâce à la pose de barrières et d’autres obstacles aux endroits stratégiques, l’installation d’une bordure en béton pour protéger la piste cyclable, et le réaménagement des places de stationnement afin que les voitures n’aient plus à sortir en marche arrière en coupant le trottoir, les enfants disposent maintenant d’un cheminement piéton plus sécurisé.

Ces deux exemples montrent que les parents, bien placés pour se rendre compte des problèmes et des besoins en matière de sécurité routière aux abords des établissements scolaires, peuvent être force de proposition.

Mises en œuvre en concertation avec les services municipaux (notamment en ce qui concerne la faisabilité technique), leurs idées peuvent être source d’améliorations !