Facebook Twitter Flickr RSS

Les parents avec les jeunes contre le projet de loi Travail.

Communiqué de presse du 26 mars 2016.

 

Les parents avec les jeunes contre le projet de loi Travail.

La FCPE Calvados sera aux côtés des lycéens et étudiants qui manifesteront jeudi 31 mars.manif

 

La FCPE Calvados condamne très vivement la réaction violente et
disproportionnée des forces de l'ordre lors de manifestations de
lycéens dans l'agglomération Caennaise la semaine dernière
ainsi qu'à Paris le 24 mars.

 

La FCPE réaffirme son soutien aux organisations de jeunesse et appelle
les parents d’élèves à se joindre aux mobilisations organisées par les jeunes
contre le projet de loi Travail, le jeudi 31 mars. Elle sera aux côtés des lycéens
et étudiants qui manifesteront, conformément à leur droit à la liberté
d’expression et de manifestation, à Caen et dans le département.
Nous invitons les organisations ainsi que les parents présents à sécuriser
les cortèges.

 

La FCPE est opposée au projet de loi Travail présenté par le gouvernement.
Ce texte n’est pas à la hauteur des enjeux auxquels la société doit faire face.


Quelles perspectives d’avenir et de travail offrons-nous aux jeunes ?


Ce projet ne promet qu’un monde caractérisé par un temps de travail allongé,
des heures supplémentaires bien moins rémunérées, des licenciements abusifs
alors que plus de 5 000 000 personnes sont aujourd’hui sans emploi...
Ce n’est pas de cette société là que nous voulons mais de plus de solidarité.

 

Nous avons bien entendu la déclaration de M. Le Préfet lors de la tenue du
CDEN ce vendredi 25 mars, s'inscrivant en faux concernant les violences
policières, mais même si nous ne nous faisons aucune illusion sur le souhait
de certains d'en découdre avec les forces de l'ordre, force est de constater
que ces violences ont existé : lycéens menottés, utilisation de grenades
lacrymogènes, charges de CRS aux portes de certains lycées.

 

La FCPE Calvados condamne très vivement la réaction violente et
disproportionnée des forces de l'ordre lors de manifestations de
lycéens dans l'agglomération Caennaise la semaine dernière
ainsi qu'à Paris le 24 mars.

 

Elle invite les forces de l'ordre à faire preuve de discernement et à assurer
la sécurité de tous pendant les manifestations.

 

La FCPE invite enfin les lycéens et les chefs d'établissement à garantir
la liberté de circulation et d'accès aux établissements scolaires pour ceux
qui le souhaitent, et les parents d'élèves à être présents nombreux
dans les cortèges.

 


Pourquoi la FCPE se sent concernée ?

La FCPE est une fédération de parents d’élèves qui porte un projet pour l’Ecole, mais également un projet de société. Le texte proposé par le gouvernement pose plusieurs problèmes, notamment quant à la philosophie dont il se revendique. Ce texte pose comme un fait normal que les salariés de demain soient moins bien protégés que ceux d’hier. Il est donc normal que les jeunes se sentent concernés par ce qui est proposé. Ce texte dessine leur futur avenir de salarié. Les parents d’élèves sont donc solidaires des jeunes, de leurs enfants, et comptent défendre leur droit à choisir leur avenir.

Pourquoi la FCPE appelle à la mobilisation ?

Nous sommes une fédération de parents d’élèves, pas un syndicat. Notre objet social, définie par l’article 1 de nos statuts n’a pas pour objet de négocier les dispositions du code du Travail. A ce titre, nous n’avons pas vocation à être reçu par le gouvernement sur autre chose que sur les disposition qui concernent l’école ou les jeunes directement. Nous avons cependant toute légitimité pour appeler à soutenir la jeunesse. La FCPE a toujours défendu le droit pour les jeunes de choisir leur avenir et le monde dans lequel il souhaitent vivre, c’est à ce titre que nous appelons à manifester. Par ailleurs, la mobilisation n’a pas uniquement lieu dans la rue, elle a lieu aussi au parlement et dans les instances consultatives. Nous nous sommes mobilisés en notre nom propre au Conseil Supérieur de l'Education pour demander le retrait des dispositions sur le travail des apprentis. Cette mobilisation a été couronnée de succès. Nous continuerons donc à nous mobiliser, au côté de la jeunesse et auprès des parlementaires pour porter notre projet éducatif et notre vision sur la société, car même si nous ne sommes pas un syndicat, ce n’est pas pour autant que nous ne portons pas une certaine vision de la société et de son avenir.

La FCPE est-elle utile dans ce mouvement ?

Nous l’avons dit plus haut, nous avons porté en CSE un vœux pour le retrait des dispositions relatives à l’extension du travail des apprentis. Ce vœux a été voté à l’unanimité. Le gouvernement est par la suite revenu sur cet article. C’est la preuve que la FCPE sait se faire porte-voix de la communauté éducative.

Pourquoi alors la FCPE se mobilise-t-elle toujours si elle a eu gain de cause sur les apprentis ?

C’est l’avenir des élèves qui se joue aujourd’hui, leur place dans le monde de demain, leurs droits de futurs salariés. Nous voulons une école ouverte, bienveillante et tolérante. Comment, dès lors, accepter que la société dans laquelle les élèves seront plongés après leurs études, ne soit pas à son image ? La FCPE porte la capacité des jeunes à s’émanciper, les conditions de l’émancipation passent aussi par la possibilité de construire un avenir serein ou l’Etat offre une protection à chacun.