Facebook Twitter Flickr RSS

Hérouville : les parents d’élèves se mobilisent pour des élèves migrants

solidaritMain2

Représentants de parents FPCE au collège Nelson Mandela, nous avons été sollicités 2 fois par le collège pour des familles de migrants qui allaient se retrouver à la rue le vendredi soir (notamment une fratrie dont les autres enfants étaient scolarisés au lycée Allende et dans une école élémentaire de Caen).

Tous les services ont été sollicités par le collège. La réponse était la suivante : aucune place d'hébergement n'était disponible. Concrètement, en classe, les enfants concernés s'effondrent en larmes. D'autres enfants font part de leur expérience similaire : « moi aussi j'étais dans cette situation l'an dernier, moi aussi je pleurais », les camarades de classe absorbent toute cette émotion sans bien comprendre ce qui se passe. Tous les regards se portent vers le professeur, complètement démuni, qui ne peut même pas dire « ça va aller. On va trouver une solution ». Les cours d'éducation à la citoyenneté ne sonnent plus très justes quand les enfants n'ont pas la protection de la République.

En tant que parents, nous avons écrit au Préfet, au Président du Conseil régional, aux maires de Caen et d'Hérouville, au Recteur. Nous avons eu des réponses : ils font ce qu'ils peuvent. On sait bien que ce n'est pas évident, qu'il y a des choses de faites effectivement, mais ce n'est pas suffisant. On s'interroge surtout sur le Conseil départemental, qui ne tient même pas compte de l'âge des migrants. On se retrouve avec des ados sans aucun droit dans les rues de Caen. Ce sont les droits de l'homme qui sont enfreints !

Au niveau action, ce que nous avons fait est très modeste. Nous organisons des collectes de vêtements et de cartables pour permettre à l'assistante sociale et l'infirmière de ne pas perdre de temps sur cela et mobiliser toutes leurs compétences sur l'aide aux familles. Sans hébergement des familles, on ne peut pas faire grand chose. Avec l'hébergement, on peut vraiment faciliter l'intégration. On a l'habitude à Hérouville et on en est très fiers.

Lire la suite

flchesBas

Nous avons par ailleurs décidé de présenter une motion aux conseils d’administration du collège Nelson Mandela et du lycée Allende. En voici le texte dans son intégralité :

Les établissements scolaires de l'agglomération caennaise sont confrontés à des situations intolérables. Depuis septembre, chaque vendredi soir, des familles et des mineurs se retrouvent sans aucune solution d'hébergement. Est-il logique que dans le pays des droits de l'homme et le pays le 6e plus riche au monde, on ne trouve aucune solution pour des enfants ?

On apprend dans la presse que le conseil départemental ne souhaite même plus examiner la situation des mineurs isolés, les laissant dans des zones de non droit.

Le service Trait d’Union de l’ACSEA nous apprend que depuis cet été, les documents remis aux mineurs isolés étrangers ne stipulent plus aucune reconnaissance de minorité ou de majorité mais seulement une non prise en charge de l’Aide Sociale à l’Enfance... Sans attestation stipulant leur majorité, ces mineurs ne peuvent être hébergés par le 115, ni le service Trait d’Union, ni bénéficier d’accueil de jour, ni ouvrir de droits à l’Aide Médicale d’État, ni déposer une demande d’asile ou de titre de séjour... Sans statut officiel, les enfants sont alors livrés à eux-mêmes dans la rue, sans avoir aucune chance d’obtenir une solution de mise à l’abri par les services compétents.

L’ambiguïté place le mineur dans une zone de non-droit, bloquant tout hébergement et le conduisant à dormir dehors !

La France a signé des conventions internationales sur l'accueil des migrants et sur l'éducation pour tous. La déclaration des droits de l'homme est adossée à sa Constitution. La France a des responsabilités particulières dans le monde du fait de sa représentation permanente au bureau de l'Organisation des Nations Unies.

La France donneuse de leçons sur les droits de l'homme...

Elle ne prend en charge que quelques milliers de migrants alors que l'Allemagne aide 1 million de personnes. La France, qui oublie l'exode de ses parents en 1940, met en 2017 des enfants à la rue !

Nous exigeons que l'État et le Conseil départemental répondent aux exigences de la loi et des conventions internationales signées. Nous exigeons que les élèves soient hébergés dans des conditions décentes et continuent de recevoir l'éducation qui leur est due, aux côtés des jeunes de l'agglomération caennaise qui les intègrent, eux, si facilement. Nous ne voulons pas avoir honte de la France, qui n'est pas à la hauteur des principes républicains qu'elle affiche. Nous ne voulons pas que nos enfants aient honte de leurs parents qui ont laissé faire par leur silence. »

 

 

 

 

FCPE : actualités nationales

Agenda départemental

Août 2017
D L Ma Me J V S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2

Prochains événements

Aucun événement